Bios

image_portrait_renanRenan Luce

www.renanluce.fr

Né le 5 mars 1980 à Paris mais élevé à Morlaix par une mère institutrice qui initia ses trois enfants à la musique, Renan Luce se découvre très tôt une passion pour le chant. A l’âge de raison, il a trouvé sa vocation, il veut être chanteur et ne rate pas une occasion de se produire devant sa famille. C’est avec son frère aîné, qu’il participe d’abord aux chorales de quartier de son école puis aux Fêtes de la musique avant d’organiser des petits concerts où il reprend Nougaro, Brassens, Brel, Ferré, les Beatles…

Toujours sous l’influence de son frère aîné, il suit des cours de piano et de saxophone au Conservatoire. Pas très assidu, un peu rêveur, il s’isole dans sa chambre pour jouer à la guitare les airs de ses idoles, ceux de Brassens entre autres avant de mettre en chanson le poème d’une de ses amies de lycée à l’âge de 17 ans. Satisfait du résultat, il se découvre un goût prononcé pour ce moyen d’expression et commence à écrire des textes qu’il dit lui même « nombrilistes » avant de prendre un certain recul et de privilégier l’approche littéraire.

C’est à Rennes où le mènent ses études qu’il donne ses premiers concerts dans de petits bars puis à Toulouse, où il fait des études supérieures de commerce, qu’il enregistre son premier deux-titres pour un projet humanitaire. Finalement, ayant davantage le sens du rythme que le sens des affaires, il décide de monter à Paris pour se consacrer pleinement à la musique. Il joue alors pendant plusieurs mois, accompagné seulement de sa guitare et de sa voix, dans un théâtre parisien avant de se voir proposer la première partie de Bénabar au Zenith. Solitaire doué d’une grande inventivité, il prend l’habitude de composer seul en s’accomodant uniquement de quelques arrangements à l’ordinateur ce qui séduit le label Barclay qui produit son premier album avec Jean-Louis Piérot à la réalisation.

Comparé à Bénabar, son mentor, et à Georges Brassens, son modèle, Renan Luce a reçu cette année la Victoire de « l’Artiste Révélation scène » et celle tant convoîtée de « l’Album Révélation de l’année ». Son album, Repenti , est Disque d’or en France, Disque de platine en Belgique et il a dû ajouter une date au Zenith de Paris pour clore sa tournée et travailler sur la sortie de son deuxième album qu’il veut plus personnel.

Alors que s’achève une tournée triomphale et que son premier album parade encore dans les classements de ventes, Renan Luce revient par la grande porte à l’automne 2009 avec une chanson pour le film Le Petit Nicolas (« On n’est pas à une bêtise près » ) et un album intitulé Le Clan des Miros. Toujours réalisé par Jean-Louis Piérot, Le Clan des Miros invite Alexis HK et Benoît Dorémus, et montre l’aptitude de Renan Luce à transcender le quotidien à travers son regard poétique. Ce deuxième album suit les traces du premier pour ce qui est du succès populaire puisqu’il passe deux semaines en tête des meilleures ventes françaises.

Renan Luce sort en février 2014 le premier extrait de son troisième album, « Appelle quand tu te réveilles ». Pour ce disque, le chanteur s’est adjoint les services du barde folk suédois Peter von Poehl. D’Une Tonne à un Tout Petit Poids est disponible le 7 avril 2014.

image_portrait_damienDamien Luce

www.damienluce.com

« Artiste kaléidoscopique », cette expression, employée dans la presse française à propos de Damien Luce, le résume bien. Persuadé qu’un être humain doit vivre dans toutes les pièces de sa maison intérieure, Damien Luce s’applique à exprimer sa sensibilité dans ses formes artistiques de prédilection : la musique classique, le théâtre, la littérature.

Son premier disque, consacré à l’Histoire de Babar de Francis Poulenc et aux Impressions d’enfance de Georges Enesco (avec le violoniste Gaétan Biron), sort en janvier 2010 (Accord /Universal), conjointement avec son premier roman Le Chambrioleur, aux éditions Héloïse d’Ormesson. Cette double sortie est accueillie avec enthousiasme : « Le jeune musicien (et comédien) déploie la plus convaincante des tendresses » (Diapason). Damien Luce est vite salué pour sa sensibilité et son élégance vespérale. En 2011, il signe deux nouveaux enregistrements, l’un présentant des œuvres de Mozart et Haydn, l’autre les Sonates pour violon et piano de Bach (avec Gaétan Biron). Son second roman, Cyrano de Boudou (toujours chez Héloïse d’Ormesson), est jumelé avec un spectacle : Cyrano de Bergerac, que Damien Luce met en scène à la manière clownesque, tout en interprétant le rôle titre. Le spectacle est créé au théâtre de Nesle, avant d’obtenir un beau succès (plus de 1200 spectateurs) au festival OFF d’Avignon 2012. Il sera ensuite à l’affiche du théâtre de Ménilmontant, puis du théâtre des Variétés, où il atteint sa centième représentation.

Alternant concerts, spectacles et écriture de façon humble et harmonieuse, Damien Luce ne se veut affublé d’aucune étiquette. Sa formation musicale le conduit du CNR de Paris à la Juilliard School de New-York, le familiarisant avec l’harmonie, le contrepoint, l’orchestration, le déchiffrage, l’Histoire de la musique, la musique de chambre, la direction d’orchestre. Côté Théâtre, Damien Luce se forme à la fois en France (Studio Alain de Bock) et aux États-Unis (Academy of Dramatic Arts, Michael Howard Studio). Au cours de ses études, il s’aguerrit à l’improvisation, au clown, au jeu devant caméra, au chant, à la danse, à la technique de Sanford Meisner, au théâtre physique, au mime, à la diction, et aborde des auteurs divers tels que Racine, Claudel, Anouilh, Ribes, Marivaux, Romains, Albee, Miller…

De nombreux artistes marquent le parcours de Damien Luce, comme Billy Eidi, Guy Sacre (qui lui fait découvrir les merveilles du répertoire pianistique, de la littérature, du cinéma, de l’art pictural…), Claude Helffer, Dominique Merlet, Herbert Stessin, Murray Perahia (à l’occasion d’une Master-Class à la Juilliard School), Pascal Devoyon, Jacqueline Dussol, Rita Sloan, Laurent Petitgirard (qui l’initie à la direction d’orchestre), Alain Louvier (Orchestration), Fay Simpson (technique Lucid Body), Fabrice Salé (clown), Alain de Bock, Katherine Gabelle, Steven Ditmyer (technique Meisner), Angela Pietropinto (Interprétation), David Wells (technique vocale)…

Damien Luce travaille aussi sur un front pédagogique. Il anime des ateliers théâtre pour enfants et des ateliers clown pour adultes à Paris (www.parpadou.com).
L’année 2014 voit la création d’un nouveau spectacle, Monsieur Debussy au théatre des Variétés à partir du 16 octobre 2013, ainsi que la publication d’un troisième roman, La Fille de Debussy, toujours aux éditions Héloïse d’Ormesson.