CLAIRE DE PLUME
visuel_claire_de_plume

Quatrième livre, 2017 Editions Héloïse d’Ormesson

« Ce livre, c’est un peu le livre de ma sœur, Claire. Une petite fille née avec six doigts à chaque main et qui, selon les médecins, n’avait que quelques semaines à vivre. Et voilà que Claire, portée à bout de cœur par sa famille, malgré les facéties de ses chromosomes, grandit, apprend à lire, à écrire, à s’affirmer.

Pour chaque enfant qui naît avec un « défaut de fabrication », c’est deux handicaps qui sont créés : le sien, et celui du monde qui l’entoure. Car le monde est démuni face aux êtres qui ne répondent pas aux normes. On ne dira jamais ce qu’il faut de patience, d’abnégation, d’amour, pour élever un enfant handicapé, et lui trouver une place dans la société.

Ce texte évoque le quotidien d’une famille ayant vécu de l’intérieur le problème du handicap. Pour cela, j’ai tenté d’absorber la perception de Claire, jusqu’à la faire mienne. Le temps d’un livre, j’ai voulu devenir Claire de plume. »

LA FILLE DE DEBUSSY
Roman

Troisième roman, 2014 Editions Héloïse d’Ormesson (2014)

Printemps 1918. claude-emma Debussy, affectueusement surnommée Chouchou, se confie à son journal intime. Portant un regard tendre sur le monde, elle y restitue son quotidien, à une époque marquée par la guerre. En hommage à son père disparu, elle se promet de déchiffrer une partition chaque semaine au piano. Loin des gammes qu’on lui impose, elle écrit avec poésie et candeur la musique de sa vie. La Fille de Debussy nous entraîne dans l’univers romantique d’une jeune fille pas comme les autres, qui fut la joie d’un compositeur de génie. Le lecteur ne peut qu’être touché par cette créature oubliée, ramenée à la vie par la magie de la littérature grâce a Damien Luce, poète funambule dont le livre sonne juste et beau (Livre Hebdo)

CYRANO DE BOUDOU
visuel_boudou

Second roman, 2012 Editions Héloïse d’Ormesson (2012)

Immersion pleine de fantaisie dans la vie artistique de la Belle Époque, où se côtoient Guillaume Apollinaire, Sarah Bernhardt ou Jean Cocteau, Cyrano de Boudou crée un univers poétique, parfois mélancolique. «Cyrano de Boudou» est un beau roman d’amour et d’apprentissage. On peut dire qu’en quelque sorte c’est un peu «Le grand Meaulnes» chez Rostand. C’est dire la qualité littéraire et la richesse du contenu de cet atypique «Cyrano à nez rouge» au fort pouvoir évocateur et qui laisse sur le lecteur des traces profondes. (La Voix du Luxembourg)

LE CHAMBRIOLEUR
Roman

Premier roman, 2010 Editions Héloïse d’Ormesson (2010)

Élevée par des parents oublieux, moquée par des camarades sans pitié, Jeanne s’invente un quotidien à sa mesure, où les murs sont des écrans de cinéma, où la réalité et la fiction empiètent l’une sur l’autre.

Un conte tendre et foisonnant. (Le Monde des livres)

LE CRIME DU PROFESSEUR FRACCILLION
visuel_le_crime_du_professeur_fraccillion_damien_luce_xantho

Pièce de théâtre en un acte.

Éditions Xantho (2014)

La machine à remonter le temps du professeur Fraccillion provoque l’anéantissement total des avancées du monde moderne. Fraccillion se retrouve au tribunal, où il doit répondre de son crime.

PRESQUE TROP SÉRIEUX
visuel_presque_trop_serieux_damien_luce_xantho

Théâtre. Dialogue sur le thème de l’enfance.

Éditions Xantho (2005)

Subsiste-t-il quelque chose de l’enfant que nous étions ? Qu’est devenu ce petit être que nous avons un jour abandonné à ses jeux pour endosser le frac de la grande personne ? Rien, nous dira Dame Raison… Mais qu’il nous soit permis de museler cette mégère l’espace d’un spectacle. Qu’il nous soit permis de penser que cet enfant nous attend quelque part, dans une chambre imaginaire, où nous irons le retrouver à notre mort.
Cette chambre, la voici… Solange et Pierre, deux amis d’enfance, la partagent pour l’éternité. L’ultime rendez-vous est pour aujourd’hui. De l’autre côté du miroir, leurs vieux doubles s’endorment pour la dernière fois.

D'ABORD DERRIÈRE LES ROSES
visuel_d_abord_derriere_les_roses_damien_luce_xantho

Nouvelle. Éditions Xantho (2004).

Le narrateur, dont on ignore le nom, est un vieux monsieur solitaire. Étymologiste, il a passé sa vie dans les livres, et s’est forgé peu à peu un caractère désabusé et taciturne. Il n’a pour seul contact avec l’extérieur qu’une concierge veuve, Madeleine, dont il supporte les jérémiades. Mais voilà qu’un jour, il se voit contraint de recueillir chez-lui ses deux petits-neveux orphelins, Antoine et Jean, âgés de sept et neuf ans. Cette intrusion bouleverse sa vie rangée de célibataire. N’ayant jamais eu de liens avec des enfants, il se trouve démuni face à ces deux petits garçons. Au fil de son journal intime, on suit l’évolution de leurs rapports : leur timidité, leurs pudeurs, leur complicité naissante, leurs moments d’abandon. Horace, le vieux chat du narrateur, doit lui aussi faire face à un intrus : Virgile, le chaton que la mère d’Antoine et de Jean avait confié à ses enfants avant de mourir. Le vieillard, grâce à ses deux petits orphelins, reprend goût à la vie.