DAMIEN LUCE

image_damien_luce_david_ignaszewski_koboy

Damien Luce

www.damienluce.com

« Artiste kaléidoscopique », cette expression, employée dans la presse française à propos de Damien Luce, le résume bien. Persuadé qu’un être humain doit vivre dans toutes les pièces de sa maison intérieure, Damien Luce s’applique à exprimer sa sensibilité dans ses formes artistiques de prédilection : la musique classique, le théâtre, la littérature. Son premier disque, consacré à l’Histoire de Babar de Francis Poulenc et aux Impressions d’enfance de Georges Enesco (avec le violoniste Gaétan Biron), sort en janvier 2010 (Accord /Universal), conjointement avec son premier roman Le Chambrioleur, aux éditions Héloïse d’Ormesson. Cette double sortie est accueillie avec enthousiasme : « Le jeune musicien (et comédien) déploie la plus convaincante des tendresses » (Diapason). Damien Luce est vite salué pour sa sensibilité et son élégance vespérale. En 2011, il signe deux nouveaux enregistrements, l’un présentant des œuvres de Mozart et Haydn, l’autre les Sonates pour violon et piano de Bach (avec Gaétan Biron). Son second roman, Cyrano de Boudou (toujours chez Héloïse d’Ormesson), est jumelé avec un spectacle : Cyrano de Bergerac, que Damien Luce met en scène à la manière clownesque, tout en interprétant le rôle titre (www.cyranoclown.com). Le spectacle est créé au théâtre de Nesle, avant d’obtenir un beau succès (plus de 1200 spectateurs) au festival OFF d’Avignon 2012. Il sera ensuite à l’affiche du théâtre de Ménilmontant, puis du théâtre des Variétés, où il atteint sa centième représentation.
Alternant concerts, spectacles et écriture de façon humble et harmonieuse, Damien Luce ne se veut affublé d’aucune étiquette. Sa formation musicale le conduit du CNR de Paris à la Juilliard School de New-York, le familiarisant avec l’harmonie, le contrepoint, l’orchestration, le déchiffrage, l’Histoire de la musique, la musique de chambre, la direction d’orchestre. Côté Théâtre, Damien Luce se forme à la fois en France (Studio Alain de Bock) et aux États-Unis (Academy of Dramatic Arts, Michael Howard Studio). Au cours de ses études, il s’aguerrit à l’improvisation, au clown, au jeu devant caméra, au chant, à la danse, à la technique de Sanford Meisner, au théâtre physique, au mime, à la diction, et aborde des auteurs divers tels que Racine, Claudel, Anouilh, Ribes, Marivaux, Romains, Albee, Miller…
De nombreux artistes marquent le parcours de Damien Luce, comme Billy Eidi, Guy Sacre (qui lui fait découvrir les merveilles du répertoire pianistique, de la littérature, du cinéma, de l’art pictural…), Claude Helffer, Dominique Merlet, Herbert Stessin, Murray Perahia (à l’occasion d’une Master-Class à la Juilliard School), Pascal Devoyon, Jacqueline Dussol, Rita Sloan, Laurent Petitgirard (qui l’initie à la direction d’orchestre), Alain Louvier (Orchestration), Fay Simpson (technique Lucid Body), Fabrice Salé (clown), Alain de Bock, Katherine Gabelle, Steven Ditmyer (technique Meisner), Angela Pietropinto (Interprétation), David Wells (technique vocale)…
Damien Luce travaille aussi sur un front pédagogique. Il anime des ateliers théâtre pour enfants à Issy-les-Moulineaux, et des ateliers clown pour adultes à Paris (www.parpadou.com).
L’année 2013 verra la création d’un nouveau spectacle, Debussy seul en scène (www.monsieurdebussy.com) au théatre des Variétés à partir du 16 octobre, ainsi que la publication d’un troisième roman, La Fille Debussy, toujours aux éditions Héloïse d’Ormesson.

 

Damien Luce  dans la presse

On se laisse porter par la plume de Damien Luce, qui nous entraîne dans cet univers enfantin, fantasque et jamais mièvre. Un premier roman prometteur, drôle et joliment écrit. (Figaro Magazine)

Le jeune musicien (et comédien) déploie la plus convaincante des tendresses. Du beau travail. (Diapason)

L’auteur tisse ce conte avec humour et poésie… Une imagination débordante. (Point de vue)

La pièce de Damien Luce déborde de poésie, de lyrisme et de sensibilité. Il a réussi là un spectacle de toute beauté, où il incarne un Pierrot touchant avec cet air d’oiseau moqueur. Et chaque réplique est pleine de sens, et porte en elle un monde disparu.  (Froggy’s Delight)

Si ce jeune auteur est vraisemblablement atteint du syndrome de Peter Pan, la façon tendre et passionnée dont il parle de ce paradis perdu rend ses personnages attachants. (Rue du théâtre)

Un auteur inventif, original, doté d’une plume grinçante, alerte et espiègle. (BSC News)

Une grande richesse stylistique (La Marseillaise)