Autant vous prévenir tout de suite, vous aurez toutes les peines du monde à entendre la musique d’Adolf Jensen (1837-1879). Par exemple, vous ne trouverez, à ma connaissance, aucun enregistrement de sa musique pour piano (contredisez-moi, je vous en supplie !) Avec un peu...

Combien de mains faudrait-il pour compter les mélomanes ayant entendu le nom de Stephen Heller  (1813-1888) ? Combien de doigts pour compter ceux ayant entendu sa musique ? Tout au plus, les notes de quelque Étude pour la jeunesse résonnent parfois dans les couloirs d'un Conservatoire, ânonnées...

Ce n’est pas un destin ordinaire que celui d’Alexandre Borodine (1833-1887). Ce compositeur Russe était l’enfant naturel du Prince Louka Stépanovitch Guédianov et d’une fille d’histrion, une certaine Dounia. Loin de le desservir, cette naissance un tantinet honteuse lui prodigua bien-être et instruction. En effet,...

Pour le mélomane, Franz Liszt est au piano ce que Paganini est au violon : un brasseur de triples croches, parangon de la virtuosité et du brio, qui fait trembler doigts et phalanges des pianistes les plus chevronnés. C’est l’homme de la première Méphisto Valse...

Il est plusieurs manières d’être maudit. On peut l’être en bloc, marqué par le fer d’un oubli complet et sans appel, et on peut l’être avec une mystérieuse parcimonie. Celui que j’évoquerai aujourd’hui est loin d’être inconnu. Son Concerto pour piano constitue l’un des fleurons...

La peur de la page blanche n’est pas le moindre des maux de l’écrivain. Tout a été dit sur le sujet, et je n’ai pas l’intention d’ajouter à cette littérature blafarde. Il en a fait couler, de l’encre, cet océan de papier où l’inspiration s’abîme...

De temps à autre, il est donné à L’Homo Scribens d’ôter ses bésicles, de jeter son encre, de ranger ses grimoires, et de quitter son environnement naturel pour se mêler à ses semblables. N’ayez crainte, on ne le laisse pas pour autant errer en liberté...

Je n’ai jamais eu grande affection pour les bureaux. J’aime leur choisir une place dans mon logis, les agencer, les ordonner, y placer quelques bibelots qui me sont chers, mais lorsqu’il s’agit de m’y asseoir pour écrire, je me trouve comme un roi qui s’ennuie...

La musique classique n’échappe pas au syndrome de la commémoration. De même qu’une maman se voit offrir une jolie (ou hideuse) tasse en terre cuite le jour de la fête des mères, le mélomane se voit abondamment submerger par la musique de Tartempion, si ledit...

BSC News L’expression « musique classique » est sans doute la plus nébuleuse de la langue française. C’est une appellation fourre-tout, dont la définition n’a jamais été clairement établie. On croit souvent résoudre le problème en la remplaçant par « musique dite classique ». C’est un maigre...