Je n’ai jamais eu grande affection pour les bureaux. J’aime leur choisir une place dans mon logis, les agencer, les ordonner, y placer quelques bibelots qui me sont chers, mais lorsqu’il s’agit de m’y asseoir pour écrire, je me trouve comme un roi qui s’ennuie...

La musique classique n’échappe pas au syndrome de la commémoration. De même qu’une maman se voit offrir une jolie (ou hideuse) tasse en terre cuite le jour de la fête des mères, le mélomane se voit abondamment submerger par la musique de Tartempion, si ledit...