La peur de la page blanche n’est pas le moindre des maux de l’écrivain. Tout a été dit sur le sujet, et je n’ai pas l’intention d’ajouter à cette littérature blafarde. Il en a fait couler, de l’encre, cet océan de papier où l’inspiration s’abîme...

De temps à autre, il est donné à L’Homo Scribens d’ôter ses bésicles, de jeter son encre, de ranger ses grimoires, et de quitter son environnement naturel pour se mêler à ses semblables. N’ayez crainte, on ne le laisse pas pour autant errer en liberté...

Les écrivains sont de drôles d’oiseaux. Rares sont ceux dont le ramage se rapporte au plumage. Ils se divisent en deux familles : celle des paons et celle des merles. Un écrivain de ma connaissance, que nous appellerons Lambda, m’a dit un jour : «...